L’annonce du président de la République le 13 avril de rouvrir les crèches, écoles et établissement scolaires à partir du 11 mai, alors même que tous les lieux publics resteront fermés, est irresponsable, dangereuse, impossible.

Les gestes barrières ne pourront être respectés. Comment éviter une nouvelle flambée épidémique quand près de 900.000 professeurs et 12 millions d’élèves seront rassemblés en classe, auxquels il faut ajouter tous les personnels d’éducation, d’administration, de direction, les personnels médico-sociaux, ainsi que les personnels territoriaux, amenés à se déplacer et à entrer en contact ? Sans parler des regroupements dans la cour de récréation, de la sieste en maternelle, des repas collectifs, des internats, des transports…

Le CHSCT ministériel indique dans un avis voté par FO et FSU : « Le CHSCT M demande un dépistage généralisé aux personnels et aux élèves comme préalable à toute reprise d’activité. »

Le ministre doit y répondre. Il doit mettre en œuvre de toutes les mesures de protection nécessaires (équipements de protection à hauteur des besoins, désinfection totale des locaux, tests quotidiens…). L’école et nos vies ne sont pas la variable d’ajustement des besoins du MEDEF. Rejoignez les milliers de signataires de la pétition mise en ligne par la FNEC FP-FO pour regrouper les personnels, les parents d’élèves, les citoyens sur ces exigences.

La FNEC FP-FO soutiendra tous les personnels qui refusent de retourner sur leur lieu de travail, soucieux de leur santé et de celle de leurs élèves. Participez aux réunions syndicales avec FO, prenez contact avec le syndicat.