Vous pourrez lire la déclaration liminaire de la FNEC-FP-FO, seule organisation qui en a fait une. Vous pourrez lire aussi notre compte-rendu qui, à travers les situations exposés (écoles, collège de Chauvigny) montre que « ça craque de partout ».

Ce CHSCT s’est déroulé dans une atmosphère tendue. L’administration a été mise en défaut à plusieurs reprises. Ce CHSCT avait lieu le jour même des annonces ministérielles sur la suite du déconfinement, ce qui pose évidemment question sur le caractère préventif de cette instance.

En résumé, le bilan de la dernière période pour la FNEC-FP-FO se résume simplement : un protocole inapplicable, une Ecole qui n’en est pas une, et nos statuts en danger.
Cette crise a démontré aussi à certains que les premiers de cordée, c’est nous, les salariés
du public, comme du privé, qui chaque jour faisons fonctionner ce pays.
Ce ne sont pas les parasites de la finance qui tentent de détruire tout le tissu social de ce
pays pour des profits à court terme. Les personnels soignants ont déjà repris leurs manifestations, comme les enseignants, ils ont mené à bien leurs missions avec professionnalisme et détermination malgré les conditions déplorables. Mais dans cette crise, ils ont surtout bien compris à quel point ils étaient méprisés. La crise n’a pas fait taire les revendications, elle les a mises en évidence, nous attendons autre chose que des belles paroles.