A la veille d’échéances électorales politiques importantes en France, le SN-FO-LC 86 avec sa confédération la CGT-FO, confédération libre et indépendante, fidèle à ses principes fondateurs, dans le respect des opinions politiques, philosophiques et religieuses de tous ses adhérents, ne donnera aucune consigne de vote, pour le premier comme pour le deuxième tour.

Ce principe, dans FO, garantit quels que soient le Président et la majorité élus, que notre syndicat continuera à porter les mêmes revendications avec la même détermination, avant et après les élections.

Nous considérons aussi que l’élection présidentielle n’est aucunement un référendum pour telle ou telle proposition d’un candidat devenu président.

Si FO ne donne pas de consigne de vote, elle estime devoir aujourd’hui rappeler quelques uns de ses revendications et principes.
Sur les salaires, FO rappelle et réaffirme que le salaire est composé du salaire direct et du salaire différé. Si le salaire direct (sur la fiche de paie) est important, FO rappelle aussi son attachement au salaire différé, (ce que les patrons appellent les « charges ») qui finance le social du pays, à commencer par la SECU. En conséquence, FO refuse donc la solution qui consiste à augmenter le salaire direct en retirant du salaire différé (allègement de « charges »), cela revient à reprendre de la main gauche ce qui serait donné de la main droite. FO revendique l’augmentation générale des salaires dans le privé, et dans la fonction publique, le rattrapage immédiat de la valeur du point d’indice (+22%).Sur le pouvoir d’achat, FO appelle à la mise en place de mécanismes de blocage des prix des dépenses contraintes (carburants, énergie, alimentation…). FO exige l’interdiction de versement de dividendes aux actionnaires. Les profits records réalisés ces derniers mois par les grands groupes doivent être utilisés au financement d’un vrai travail et d’un vrai salaire (contre toute forme de précarité et de travail précaire).
Sur les services publics, FO réaffirme l’impérieuse nécessité du rétablissement d’une fiscalité progressive qui mette à contribution les hauts revenus et les revenus financiers et les revenus des entreprises. FO appelle à doter la Fonction publique et les services publics des effectifs et moyens indispensables pour remplir leurs missions en assurant l’égalité de traitement sur l’ensemble du territoire. Il est urgent de stopper la casse des services publics. Cette casse a engendré une maltraitance institutionnalisée. Maltraitance des salariés des services publics qui souffrent de perte de sens au travail, qui sont dans l’incapacité de mener à bien leurs missions. Maltraitance aussi des usagers qui sont réduits à un dossier, une dépense. FO réaffirme, à cet égard, sa détermination à défendre les statuts des personnels, à commencer par le statut général des fonctionnaires, contre la contractualisation et la précarisation des emplois. FO demande l’abrogation de loi Darmanin qui supprime les CAP et le CHSCT.
Sur les retraites, FO réaffirme sa détermination à combattre toute réforme visant soit à augmenter l’âge de départ soit le nombre d’annuités nécessaires. Le Conseil d’Orientation des Retraites lui-même indique qu’il n’y a pas de problème de financement. FO exige la retraite à taux plein, à l’âge de 60 ans et avec 37 ans et demi de cotisation.
Sur la Sécurité Sociale, FO réafirme son attachement au fonctionnement paritaire de la SECU comme prévu à sa création, contre toute forme d’étatisation. FO demande aussi l’arrêt des exonérations des cotisations sociales des entreprises (les fameuses « charges »), véritable vol organisé qui ampute le budget de la SECU de dizaines de milliards d’Euros chaque année (90 milliards en 2020). Si on enlève ces éxonérations, il faut le répéter, le trou de la SECU n’existe pas !
Enfin, FO réaffirme son attachement à la République, une et indivisible, garante de l’égalité de droits, à l’universalisme républicain, à la laïcité, à la séparation des Eglises et de l’Etat, et sera sans faiblesse, sans concession sur ses valeurs fondamentales : le refus du racisme, de l’antisémitisme, de la xénophobie, des slogans qui font de l’étranger, du migrant, le bouc émissaire faute d’apporter des réponses adéquates sur le terrain économique et social.

Lire ici la plateforme revendicative prioritaire de la confédération FO.