Le ministre P. Ndiaye veut lancer une série de concertations « post-CNR » avec les syndicats, les
associations d’élus, de parents d’élèves, le « monde de l’entreprise »…

La FNEC FP-FO lui a répondu qu’elle n’y participerait pas (communiqué national en lien ici).
Cela s’inscrit dans la suite du conseil national de la refondation installé par le Président Macron le
8 septembre. Cette nouvelle instance est censée lui permettre de poursuivre ses contre-réformes.
Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce grand rassemblement n’a pas fait le plein… De
nombreuses formations politiques mais également FO, CGT, CFE-CGC, FSU ont refusé de participer.
Dans un courrier adressé au Président de la République, la confédération FO a exprimé sa position :
« FO considère qu’elle n’a pas sa place dans une instance qui en réunissant des composantes aussi
disparates que forces politiques, économiques, sociales, associatives, des élus des territoires et des
citoyens tirés au sort… Force Ouvrière ne saurait se trouver associée à un travail d’élaboration d’un
diagnostic partagé et/ou de co-construction de réformes législatives… »
La FNEC FP-FO partage totalement cette analyse et ne participera à aucune déclinaison du CNR
à l’Education nationale.