Astronomiques, historiques, vertigineux… les superlatifs manquent pour qualifier l’augmentation des revenus des grands patrons du CAC 40. Avec 8,7 millions d’euros de revenu moyen annuel pour les dirigeants des grandes entreprises : tous les records sont battus.

Carlos Tavares, avec 66 millions d’euros, occupe la première marche du podium : c’est 4 200 fois le SMIC mensuel net (1 329 euros). Ces rémunérations indécentes sont aussi à l’image des profits gigantesques réalisés par les grandes entreprises : en 2021, les multinationales du CAC 40 ont réalisé 157 milliards de profits, soit quatre fois plus qu’en 2020 et versé 80 milliards d’euros à leurs actionnaires (dernier rapport de l’observatoire des multinationales). L’année 2022 va encore battre ce record !

Les personnels, eux, sont étranglés par l’inflation, dans le privé comme dans le public. Dans la fonction publique, nous avons perdu 4% de pouvoir d’achat cette année, 8% si on regarde les produits de premières nécessité. Cela signifie que ce sont les plus pauvres qui sont les plus touchés par le décrochage des salaires.

Ça ne peut plus durer ! Pour le SNFOLC, la seule réponse à l’inflation, c’est l’augmentation immédiate des salaires, c’est l’augmentation de la valeur du point d’indice sans contreparties ! Salaires, retraites, même combat ! Le SNFOLC appelle les personnels avec sa fédération et la confédération FO à exiger, « dans le secteur privé comme dans le secteur public la revalorisation des salaires et des traitements a minima au niveau de l’inflation. ». Vous pourrez lire ici le communiqué de notre syndicat national.