« Une rentrée qui ne sera pas optimale » et qui « ne sera pas spectaculairement différente de 2022 », telle est la communication du ministre Ndiaye. Il assume de sacrifier l’École avec des coupes budgétaires franches imposées à grand coup de 49 ter. Au plan national, dans le premier degré, 667 postes seront supprimés dont 60 dans l’académie de Poitiers. Dans le second degré, le ministre supprime 1 poste d’enseignant pour 2 élèves en moins ! Dans les collèges et les lycées, une dizaine de collèges est menacée de fermeture et ne bénéficie plus de travaux d’investissement depuis longtemps.

Ce sacrifice de l’École se fait au bénéfice du budget militaire qui explose. Dans le même temps, le ministère des armées implante partout des « classes défense et de sécurité globale » au sein même des établissements scolaires. Pire, dans les lycées Charentais des élèves de première ont un double statut : lycéen et militaire. Ils sont incorporés sur le temps scolaire à la base aérienne 709 de Cognac.


Vous pourrez lire ici le communiqué de la FNEC FP-FO 16.